Sandra Philippe
Tête de liste

Cheffe de projets – co-fondatrice de l’association Coop’ Les Bains

Je suis venue à Enghien pour la première fois en mai 2013. Enceinte de ma fille, je souhaitais quitter Paris et étais activement à la recherche d’un endroit qui offrirait à ma famille un cadre de vie plus humain et plus agréable. L’effervescence de son marché le samedi matin, l’accueil chaleureux des habitants, son lac m’ont immédiatement séduite et je m’y installais 5 mois plus tard.

Mes origines sociales modestes m’ont amené, tout au long de ma vie personnelle et professionnelle, à faire preuve d’audace, de détermination et à ne jamais renoncer, me permettant ainsi d’accéder à des postes à responsabilité. Je conduits aujourd’hui des projets, en réponse aux problématiques des riverains franciliens, au sein d’un établissement public. Auparavant chargée des relations avec les riverains, j’étais régulièrement sur le territoire, au contact des habitants, des pouvoirs publics, des partenaires associatifs et institutionnels.

Sensible à l’écologie, j’ai commencé à m’engager de manière plus significative à l’issue de la COP21 en 2015, à la suite de laquelle un accord pour lutter contre le changement climatique avait été approuvé par 195 pays.

J’ai commencé dès lors à adopter un mode de vie plus respectueux de l’environnement et ai ensuite souhaité agir, à l’échelle locale, en développant, à Enghien, un projet alternatif à la grande distribution. Nous en avons co-construit, avec mon ami Damien Roussat, les grandes lignes, à savoir, permettre la vente de produits locaux et respectueux de l’environnement, privilégier des circuits courts, garantir, par des prix équitables, un accès au plus grand nombre à des produits sains et générer du lien social. Le projet a immédiatement reçu un accueil favorable de la part des enghiennois·e·s et rapidement un collectif d’une quarantaine de citoyen·ne·s s’en est emparé et s’est attelé à sa mise en œuvre.

L’association Coop’ les Bains est née en mars 2018, avec pour ambition première la mise en place de la coopérative.

Ce type de projet s’inscrit pleinement dans les objectifs de développement durable que les collectivités territoriales doivent mettre en œuvre, dans le cadre « d’Agendas 21 locaux ». Si ses bénévoles organisent, depuis lors, des distributions mensuelles de produits à ses adhérents, dans la salle des fêtes mise à disposition par la mairie, l’association n’a, à ce jour, pas de local propre pour démarrer la coopérative*.

L’absence d’engagement et d’implication des pouvoirs publics locaux en place, dans ce projet associatif écologique plébiscité des enghiennois·e·s et plus globalement, la faiblesse de la politique de la ville sur la question des enjeux sociaux et environnementaux, m’ont amené à considérer ma participation au sein d’une liste citoyenne, sans étiquette, en vue des prochaines élections municipales.

Les changements majeurs qui s’opèrent dans notre société, sur un plan social et environnemental, impactent directement notre quotidien, nos manières de vivre et réinterrogent les modèles mis en place. Parce que les enjeux planétaires deviennent des enjeux locaux et parce que le monde change (vite), deux options s’offrent à nous :

  • Continuer à faire ce que l’on fait sans changements majeurs :
    • En nous en remettant à une gouvernance verticale guidée par le prisme de l’égosystème ;
    • En poursuivant la même trajectoire de vision court-termiste
    • En répétant les modèles fatigués qui maintiennent une certaine illusion du contrôle et se bornent à mettre en place des mesurettes qui donnent bonne conscience.

ou bien…

  • Construire, ensemble, un projet de ville qui réponde aux enjeux de demain :
    • En ayant pour nous, nos enfants, petits-enfants et les générations futures une vision sur le long terme
    • En nous adaptant dès maintenant à la réalité sociale et environnementale 
    • En étant conscient de l’écosystème et de ses interconnexions
    • En initiant des modes de gouvernances plus latéraux et collaboratifs.

Le futur est déjà là. Nous devons être en phase avec ce monde qui émerge et contribuer à le réinventer, ensemble, avec notre intelligence, notre courage, notre enthousiasme et notre imagination et c’est chez nous, à échelle locale, que cela commence. En choisissant d’être responsable, de m’engager, d’agir pour la communauté, pour l’environnement, en faveur d’un monde plus juste et plus humain, je fais le choix de penser que le meilleur est devant nous et qu’il est à construire ensemble. Et vous ?

* Une convention de mise à disposition provisoire d’un local de 25m2 a été signée en décembre dernier entre l’association et la mairie.