Les chroniques d’une jeune élue

Juin 2020

Mon immersion dans le monde confiné du conseil municipal d’Enghien Les Bains 

Pour ma première participation aux élections municipales avec la liste Enghien en Transition, je ne pouvais imaginer un tel scénario. Notre monde est confronté à une pandémie mondiale. Malgré tout, les élections municipales furent maintenues, probablement pour répondre aux intérêts particuliers de certains partis politiques. Au soir du 15 mars, les résultats tombèrent comme un couperet. La majorité des électrices et des électeurs ne se sont pas rendu.e.s dans les bureaux de vote. Du jamais vu dans l’histoire des élections locales. Le 16 mars, nous avons toutes et tous vécu cette expérience inédite : être assigné.e.s à domicile pendant deux mois. Alors que chacune et chacun d’entre nous étaient confronté.e.s à un virus dont on ne savait presque rien, la société faisait corps derrière le personnel soignant, et au-delà avec les caissier.e.s, les livreurs, les éboueurs, les travailleurs sociaux et tout ce qui faisait pour nous société. Le monde politique, lui, avait l’air de découvrir ces « premiers » de cordée et les inégalités sociales insupportables dont ils font l’objet. C’est grâce à eux que nous avons mesuré à quel point notre modèle de société avait atteint ses limites et qu’il fallait en changer. 

2 mois et demi après, la vie politique reprenait et je découvrais au soir du 25 mai, le fonctionnement d’un conseil municipal. Et quelle découverte ! Alors que le monde se déconfinait progressivement et tentait de se réinventer, voilà que j’étais confrontée à un système politique rodé, installé dans sa continuité, dirigé par des acteurs qui se connaissent et qui semblent interpréter le même personnage depuis des décennies. A l’ordre du jour : élection du Maire en place depuis 1989, extension de son pouvoir de décision, augmentation des indemnités des élu.e.s de la majorité… Comment ne pas voir le décalage flagrant avec les questions urgentes d’actualité soulevées par cette période historique ? Opposée au versement systématique des attributions ainsi qu’à l’augmentation des indemnités, j’évoquais le principe du droit au renoncement. Ma proposition, qualifiée de « philosophique » ne trouva pas écho. Je réitérais en votant contre la proposition de délégation étendue du pouvoir au maire, obstacle à la mise en place d’une gouvernance démocratique co-construite.  Mon intervention a semblé agacer et l’on m’enjoint de relire Rousseau. Avec ses leçons et sa pensée philosophique, ce premier conseil municipal avait finalement des airs de conseil de classe. 

Sandra Philippe et l’équipe d’Enghien en Transition


Novembre 2020

Enghiennoise impliquée dans la vie associative locale, j’étais jusque-là étrangère aux instances politiques de la ville. C’est donc avec curiosité et entrain que j’ai effectué mes premiers pas d’élue de l’opposition au Conseil municipal, en mai dernier. Ma position au sein de cette instance m’imposa de sauter dans le grand bain dès les premières minutes, en votant contre la proposition de délégation étendue du pouvoir au maire. Une opposition symbolique mais néanmoins importante puisque je suggérais d’installer les bases d‘une gouvernance moderne offrant la possibilité aux citoyene.ne.s, de s’impliquer d’avantage dans la vie politique locale. 

Au fil des conseils municipaux et des différentes commissions, je découvre un système politique vieillissant et infantilisant, dirigé par le Maire et sa majorité, acteurs travaillant ensemble depuis de nombreuses années. Ni les Enghiennois.e.s, ni les élu.e.s d’opposition sont invité.e.s à participer à l’élaboration d’une politique commune ; à des débats libres, garants de la bonne prise en compte de toutes les idées novatrices et constructives, proposées par les un.e.s et les autres. 

Devant ce triste constat, je comprends qu’il va falloir faire preuve de créativité pour se faire entendre et faire entendre les voix des Enghiennois.e.s que je représente. C’est pour cela que notre liste citoyenne Enghien en Transition, s’est constituée en association pour faire vivre des initiatives et des projets citoyens à visée écologique et solidaire.

D’ailleurs, les événements tragiques survenus dans notre ville l’été dernier, imputables aux très fortes chaleurs, viennent nous rappeler que l’horloge climatique tourne et que la seule réponse efficace sera celle construite avec toutes les forces vives présentes sur notre territoire.

Sandra Philippe et l’équipe d’Enghien en Transition

Sandra Philippe