Notre programme

Aéroport : une affaire de santé publique ?

Le projet

Le projet du Terminal 4 à Roissy Charles de Gaulle et le développement de la plateforme aéroportuaire prévoit la construction d’un ensemble de bâtiments, de voies de circulation et de réseaux de desserte routière et ferrée en vue de répondre à la croissance du trafic aérien mondial. Le démarrage des travaux est prévu en 2021 et l’ouverture du terminal en 2037. Les prévisions économiques font état de 40 000 emplois potentiellement crées. Une consultation a été menée par Aéroport de Paris de février à mai 2019 (consultable ici).

L’équivalent des capacités de l’aéroport d’Orly ajoutées à celles de Roissy

D’un coût évalué entre 7 et 9 Mds€, le nouveau terminal serait capable d’accueillir jusqu’à 40 millions de passagers en plus et le trafic aérien pourrait alors passer de 1 300 à 1 800 mouvements d’avions par jour, en moyenne, générant ainsi une hausse de trafic de 38% (500 avions de plus par jour).

Selon les chiffres communiqués par ADP, le projet induirait un accroissement des émissions d’oxydes d’azote (+30%), de particules fines (+11%) et de CO2 (+13%).

A cela s’ajouterait une hausse de 13% de l’indice des nuisances sonores pour les franciliens.

Un projet controversé pour plusieurs raisons :

Sur un plan environnemental :

  • L’augmentation du trafic de 38% contribuera de manière considérable à l’augmentation d’émission de gaz à effet de serre
  • La construction des bâtiments, voies de circulation et de réseaux de desserte routière nécessitera l’artificialisation de nombreuses terres fertiles
  • L’accès à l’aéroport par les dessertes routières induira inévitablement une hausse significative des émissions de CO2 dans l’atmosphère
  • Sur un plan sanitaire, une importante pollution sonore et chimique, inhérente aux avions, ainsi que le rejet de CO2 généré par l’accroissement du trafic routier, engendreront des problèmes de santé pour les populations alentours.

Ce projet, considéré comme une menace pour l’environnement et la santé publique, allant à l’encontre des engagements pris par la France lors de la Cop 21, fait actuellement l’objet d’une demande d’annulation par un certain nombre d’associations environnementales et de riverains.

Des inquiétudes en local

A Enghien, ce projet suscite aussi des inquiétudes. En effet, les nuisances sonores, diurnes et nocturnes, générées par un nombre toujours croissant d’avions sont le quotidien de la population.

Au regard de la cartographie du bruit établie par Bruitparif, les nuisances sonores mesurées à Enghien, sont déjà supérieures aux niveaux d’expositions recommandés par l’OMS. Enfin, un rapport de l’observatoire du bruit en Ile-de-France, émis en février 2019, indique qu’un Francilien en bonne santé perd environ 11 mois (10,7 en moyenne) de sa vie à cause du bruit et jusqu’à trois ans pour les personnes les plus fortement exposées (voir article de Florence Massin sur les conséquences des risques sur la santé).

A ce titre, le projet de privatisation de Aéroport de Paris, ne peut être qu’une source d’inquiétude supplémentaire, les intérêts privés ne pouvant que pousser à une augmentation du nombre de vols.

Une proposition pour un référendum d’initiative partagée est actuellement en cours, nous invitons tous les enghiennoi·se·s à la soutenir afin qu’une vraie consultation démocratique ait lieu sur ce sujet :

Un enjeu municipal

Tout aménagement entraînant une augmentation des nuisances sonores, une dégradation de la qualité de vie, faisant peser un risque sur la santé des enghiennoi·se·s, s’inscrit totalement à l’encontre du projet de mise en œuvre d’une politique locale, axée autour du développement durable et du bien-être qu’Enghien en Transition souhaite développer.

Notre projet a pour objectif de donner aux habitant·e·s d’Enghien une meilleure qualité de vie. Cela sera mis en œuvre notamment par une étude des possibilités de réduction du bruit à Enghien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.